Vous êtes ici

  1. Accueil
  2. UE4 - Philosophie du langage 1

UE4 - Philosophie du langage 1

UE4 - Philosophie du langage 1

En pratique :

Langue principale : français

Description du contenu de l'enseignement

Le cours traitera des propriétés sémantiques des termes singuliers : noms propres, démonstratifs, descriptions définies et indexicaux (« je », « tu », « ici », maintenant », etc.). Ces expressions jouent un rôle essentiel dans le langage naturel car ce sont elles qui nous permettent de faire référence à des objets du monde. Leur fonction référentielle n’épuise pas toutefois leur sens : la pensée qu’un locuteur exprime au moyen du nom propre « Rennes » diffère par exemple de celle qu’il exprimerait au moyen de l’indexical « ici », quand bien même les deux termes ont même référence. Ceci montre que les termes singuliers possèdent une valeur cognitive irréductible à leur seule référence, qui les rend aptes à exprimer des pensées et à véhiculer des contenus d’information. Une théorie adéquate de la signification se doit d’articuler ces deux fonctions, et c’est à Gottlob Frege (1848-1925) que l’on doit la première formulation systématique de leur rapport. Ce cours se veut donc d’abord une introduction à la théorie du sens et de la référence de Frege. Nous examinerons ensuite, en nous appuyant sur les travaux de John Perry et de David Kaplan, les difficultés que la théorie frégéenne rencontre face au phénomène récalcitrant de l’indexicalité des langues naturelles.


Compétences à acquérir

À l’issue du cours, l’étudiant doit être en mesure de maîtriser les principaux arguments, concepts, thèses et principes méthodologiques de la théorie frégéenne de la signification, dont la bonne compréhension constitue la clé d’entrée dans les débats contemporains en philosophie du langage :

- l’argument de la valeur cognitive, plus particulièrement appliqué aux énoncés d’identité ;
- la distinction entre référence (ou dénotation) et sens (ou mode de présentation) ;
- l’objectivité du sens ;
- l’antipsychologisme de Frege en matière de signification ;
- le principe méthodologique de la compositionnalité du sens et de la référence ;
- le statut de la vérité dans la théorie de la signification ;
- le problème de l’opacité des énoncés d’attitudes psychologiques, et la solution que Frege lui apporte.

Plus qu’un cours d’histoire des idées, cet enseignement vise à se familiariser avec une opposition structurante de la philosophie du langage : le conflit entre la théorie millienne de la signification, héritée de Stuart Mil, et la famille de théories d’inspiration frégéenne.

Enfin, indépendamment du sort fait à la théorie de Frege, le cours se veut une introduction au phénomène de l’indexicalité, la propriété qu’ont certaines expressions de changer de référence en fonction du contexte, selon une règle. Au terme du semestre, les étudiants seront en mesure de maîtriser les contenus suivants :

- la distinction entre la signification conventionnelle et le contenu d’information d’un terme indexical ;
- la token-réflexivité des indexicaux ;
- la thèse du caractère essentiel ou irréductible des pensées indexicales, en particulier des pensées en première personne.


Modalités d’organisation et de suivi

L’enseignement prend la forme d’un cours magistral qui accorde néanmoins une large place aux questions et à la discussion.

Le cours se présente comme un commentaire des articles de Frege réunis dans le recueil Ecrits logiques et philosophiques, dont l’achat, la lecture et l’usage en cours sont obligatoires. Il inclut une exposition des théories de la signification auxquelles Frege s’est opposé, principalement celles de John Locke et de Stuart Mill, ainsi que les critiques qui ont pu lui être adressées par la suite, notamment par des théoriciens de l’indexicalité tels que John Perry ou David Kaplan.

Pour chaque thèse ou concept introduit, le cours fournit des applications concrètes (noms propres, anaphores, énoncés d’attitude, etc.) tirées du langage naturel. L’analyse sémantique du langage naturel n’a pas ici seulement pour but d’illustrer ou de faire comprendre les théories exposées, elle en constitue aussi le test et le contrôle empirique.

L’étudiant est invité à se constituer un stock d’analyses d’expressions du langage naturel aussi complet que possible, auquel il doit pouvoir confronter son propre discours à la fin du semestre.